Apporter aide et espoir à ceux qui sont isolés et qui souffrent

Au-delà des informations 4 – 2016

 

Au-delà des informations 4 – 2016

Y’ a t-il des pays particulièrement importants à vos yeux?

Cliquez ici pour vous inscrire et recevoir chaque mois les dernières mises à jour rédigées par les équipes du GHNI dans les pays qui vous intéressent le plus.

Bilan du Congrès de Genève 2016


Lors de ce que beaucoup ont salué comme étant la meilleure conférence du Congrès de Genève sur l’Étude des affaires publiques pour le leadership, axée sur la paix et la réconciliation, les délégués, du Niger à la Corée et de la Jordanie à la Libye, ont été réunis. Tout ce qui concernait, entre autres, la relation entre les gouvernements, le trafic d’êtres humains, le développement économique a été défini dans un contexte de négociation de paix et de réconciliation. Des études de cas ont été proposées par plusieurs pays. Le programme Regard sur un Million de Villages (Million Village Vision) a été instauré afin de consolider les efforts visant à éliminer la pauvreté rurale dans plus de 70 pays via une vague grandissante de renforcement des coalitions. Le discours de clôture du programme « Leadership for this Day » a été prononcé par Alexia Mejia, directrice d’Unitar. L’année prochaine, le programme aura lieu du 16 au 20 mai 2017 et aura pour thème : « La transformation par l’éducation ».

Informations par pays


Afghanistan

Selon un rapport de l’UNICEF rendu public en avril, les attaques ciblées contre les écoles et les hôpitaux en Afghanistan ont subi une croissance spectaculaire en 2015, impactant grandement l’accès des enfants aux soins et à l’éducation. Les attaques enregistrées contre les écoles sont passées de 63 en 2013 à 132 en 2015. De la même manière, les attaques contre les établissements de soins sont passées de 33 en 2013 à 125 en 2015. En conséquence, 139 048 enfants n’ont pas pu aller à l’école en 2015 et une victime civile sur quatre lors des attaques contre les établissements de soins était un enfant.

En février, une exposition a eu lieu dans le Garden of Peace & Hope. Les artistes, uniquement des femmes, ont exposé leur travail artisanal devant plus de 200 personnes. A travers ce genre de programme, GHNI apporte de l’espoir aux communautés d’Afghanistan.

Arménie

Le mois dernier, le taux de pauvreté en Arménie est passé à 76% (contre 30% en 2014). Ce chiffre prend en compte le nombre de personnes en Arménie vivant avec 5 dollars (environ 4,55 francs suisses ; 4,40 euros ou 3,44 livres) par jour. L’Arménie, déjà dans une situation socio-économique difficile, doit également accueillir de manière efficace des milliers de réfugiés syriens fuyant la violence.

La maison d’Esther est un projet relativement récent visant à accueillir en Arménie des familles de réfugiés ayant courageusement pris la route pour échapper aux violences subies dans leurs pays. Le centre a ouvert en mai.

Bangladesh

Le Conseil de la population du Bangladesh a récemment créé l’Association pour les Compétences Essentielles, les Revenus et les Connaissances pour les Adolescents (ACERCA), un projet visant à éliminer le mariage d’enfants dans le pays. Le projet a mené une étude concernant les manières de diminuer le nombre de mariages d’enfants. Des études ont démontré que le Bangladesh était le quatrième pays ayant le plus fort taux de mariage d’enfants dans le monde. Le projet a montré que l’éducation et la valorisation des filles dès leur plus jeune age pouvait réduire d’un tiers le taux des mariages d’enfants au Bangladesh. Dans le quartier du village de Champion* un nouveau projet a été lancé afin d’améliorer les vies des minorités religieuses qui y vivent. Même si cette communauté n’est qu’à 19 kilomètres de Dacca, la capitale du Bangladesh, elle est fortement sous développée: les habitants manquent d’éducation, d’hygiène, de services de santé, ont un accès limité à l’eau potable et n’ont pratiquement aucune installation scolaire ou structure sanitaire. Les agents de terrain du GHNI évaluent désormais les différentes manières permettant d’aider cette communauté.

*Pour des raisons de sécurité, le «Village Champion» est le pseudonyme désignant le village aidé par le projet.

Birmanie

Ces 5 dernières années, la Birmanie a vu un grand changement dans l’utilisation des services mobiles. Les nouveaux fournisseurs du pays créent des infrastructures afin de connecter pour la première fois des millions d’utilisateurs. Il y a une forte demande pour les réseaux 3G et 4G. Contrairement aux méthodes traditionnelles, les fournisseurs de services mobiles en Birmanie ont décidé de partager toutes les tours érigées, puisque trouver un terrain pour une structure de 40-45 mètres est difficile dans un pays où l’accès aux terres est restreint. Ce n’est cependant pas le plus gros défi pour les fournisseurs. Malgré une population désireuse de plonger dans l’ère de la téléphonie mobile, beaucoup de personnes en Birmanie n’ont toujours pas un approvisionnement en électricité fiable.

GHNI aider au développement du Myanmar en formant les dirigeants -actuels et futurs- aux valeurs du leadership transformationnel, ce qui les mènera vers le chemin de la démocratie. Depuis février 2016, GHNI a été capable, aidé par d’autres organisations, d’entrer en contact et de former 700 dirigeants.

Burkina Faso

Le gouvernement du Burkina Faso a commencé à rationner l’eau dans la capitale, Ouagadougou, qui est aussi la ville la plus grande et la plus peuplée. Le rationnement de l’eau se partage entre deux zones de la ville, chacune ayant accès à 12h d’eau courante par jour. Au vu de l’intensité et de la durée des récentes sécheresses, le gouvernement a conseillé aux habitants de faire des stocks d’eau tant qu’ils le peuvent. En temps normal, les pénuries dans le pays ont lieu lors des saisons sèches entre mi-février et juin, mais ces derniers temps elles ont duré jusqu’à fin juillet voire août.

Au village de Saneba vivent 1200 personnes touchées de différentes manières par la saison sèche. A travers le programme du TCD, les agents de terrain du GHNI et les villageois ont réussi à apporter de l’espoir à cette communauté en installant dans le village des puits et des systèmes de filtration permettant d’améliorer la qualité de l’eau potable.

Chine

Afin de continuer la lutte contre la pauvreté en Chine, le Conseil d’État met en place un projet visant à relocaliser dans des zones plus développées les 2 millions de personnes vivant dans des zones rurales et reculées du pays. L’objectif est de sortir 10 millions de personnes de la pauvreté d’ici 2020 en leur donnant un meilleur accès aux services sociaux, aux écoles, et aux autres services nécessaires jusque là inaccessibles aux habitants des zones rurales.

Dans le village de Cluster au Sichuan, les villageois sont toujours affectés par les conséquences des tremblements de terres des dernières années. Le programme du TCD a été mis en place dans ce village afin d’améliorer la santé et le bien-être des villageois et les mener vers l’autonomie.

Egypte

Si les taux de chômage en Égypte ont augmenté de manière constante depuis les soulèvements de 2011, ils sont cependant récemment passés de 12,8% à 12,7%. Même si cette réduction est très faible, l’agence faisant état de ce changement a déclaré que la population active a gagné 99 000 personnes. Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi a promis de réduire le chômage de 10% dans les prochaines années.

Les cours de couture du village d’Ezbit el Amir continuent à aider les femmes du village à subvenir aux besoins de leurs familles. Avec 30 petits projets de couture dans le village, les agents de terrain du GHNI ont pu aider les femmes à générer un revenu et à acquérir de nouvelles compétences.

Éthiopie

Il est prévu que les inondations en Ethiopie qui ont suivi 18 mois de sécheresses continuent d’affecter gravement les vies des populations rurales. Les crues ont d’abord touché les terres cultivables où les bétails, les cultures et les foyers risquent d’être noyés et dévastés. Un groupe de travail national spécialisé dans les inondations a été mis en place en mars et les inondations devraient continuer pendant l’été.

Le programme du TCD dans le village de Mudiyambo a aidé plusieurs villageois à améliorer leurs méthodes agricoles. Un homme, Dida, a pu acheter sa propre terre, cultiver des légumes et les vendre dans le village. Il a même ouvert un petit magasin avec sa femme afin d’importer d’autres produits de la ville.

Inde

A cause des moussons des deux dernières années, l’Inde fait désormais face à une des pires inondations. Touchant 330 millions de personnes, la sécheresse va de pair avec une vague de chaleur aux températures avoisinant les 40 degrés Celsius. La cour suprême indienne a ordonné qu’une connexion entre les rivières (ILR) soit mise en place. Le projet doit relier 30 rivières afin d’apporter de l’eau dans les zones qui en ont le plus besoin. Cependant; beaucoup ont critiqué le projet, les environnementalistes et les experts déclarant qu’il n’était tout simplement pas viable d’un point de vue financier, environnemental ou social.

Dans le village de Jatapara, 36 chèvres ont été distribuées aux villageois afin de les aider dans leur chemin vers l’auto suffisance. Une famille de ce village a été extrêmement reconnaissante pour le projet de ferme caprine qui va leur permettre d’envoyer leur quatrième enfant à l’école; ils espèrent pouvoir l’envoyer au collège un jour.

Indonésie

L’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) en partenariat avec le ministère de l’industrie indien, a œuvré pour développer l’industrie de tempeh et d’algues. Le but principal du projet est d’aider les personnes mal nourries dans les communautés marginales en mettant en place une génération de revenu et une meilleure alimentation. ONUDI espère également établir une production indonésienne de tempeh et d’algues de certification internationale afin de booster les activités économiques des communautés les plus démunies de la région.

Les résidents du village de Tanakeke-Batu Ampara ont travaillé méthodiquement pour cultiver du riz dans leurs fermes grâce à des fertilisants efficaces rendus disponibles grâce à la coopérative Usaha Bersama dans le village. La coopérative a permis aux villageois d’apprendre la valeur du partage et de générer des revenus pour vivre grâce à une agriculture efficace.

Terre Sainte

Les réfugiés de la rive occidentale, aidés par L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) durant des décennies font désormais face à un changement dans la manière dont ils reçoivent de l’aide. Au lieu de distribuer des colis de nourriture aux familles dans le besoin, UNRWA offre désormais des cartes électroniques permettant d’acheter sa propre nourriture. Les familles de réfugiés d’Amari, un camp de réfugiés de la rive occidentale, et de 17 autres camps s’inquiètent du fait qu’elles pourraient alors recevoir moins d’aide en raison de la différence de valeur entre les colis alimentaires et les cartes électroniques.

Dans le village du 10ème lépreux*, les villageois prennent en main le bien-être de leurs communautés et lancent un projet de graines. Les enfants de cette communauté ont nettoyé le jardin de leur école et ont planté des oliviers afin d’aider leur école et leur communauté à prospérer. Les agents de terrain du GHNI pensent que cette communauté peut être auto suffisante grâce à des projets TCD comme celui là.

*Pour des raisons de sécurité, le «Village du 10ème Lépreux» est le pseudonyme désignant le village aidé par le projet.

Jordanie

L’UNESCO, en partenariat avec l’institut des médias de la Jordanie (JMI) a permis de lancer une initiation aux médias dans les institutions éducatives de Jordanie. L’initiation aux médias est un des aspects les plus importants de l’éducation de nos jours. Selon le directeur de JMI, «les programmes d’initiation aux médias apportent les compétences telles que la pensée critique et l’analyse, la différence entre les nouvelles et l’opinion» ce qui permet de créer un public plus éduqué. Le but principal du projet est de mettre en place une stratégie d’intégration de l’initiation aux médias dans le programme éducatif très tôt dans le parcours scolaire jordanien.

Les enfants dans la maison de Ruth ont profité de cours d’informatique et d’anglais. Ils apprennent un nouveau vocabulaire et des compétences informatiques lors des réunions hebdomadaires et sont passionnés par leurs études avec les agents de terrain du GHNI.

Kenya

Le conseil exécutif de l’union africaine a récemment débuté une phase de délibération sur la manière d’utiliser les ressources de l’Afrique pour réduire la pauvreté et dynamiser le développement au Kenya. La ministre des affaires étrangères, Amina Mohammed, a déclaré que, même si l’Afrique a énormément de ressources, la pauvreté est toujours un facteur constant dans la vie de beaucoup de citoyens. Il y a un grand besoin de changement. Dans beaucoup de situations, les ressources brutes de l’Afrique sont exportées et les produits manufacturés qui en découlent sont vendus à des prix exorbitants. Les délibérations vont analyser comment les autres pays utilisent leurs ressources naturelles afin de générer un revenu pour les communautés dans la pauvreté et des discussions se tiendront pour savoir comment ces méthodes peuvent s’appliquer au Kenya et à d’autres pays d’Afrique.

Dans le village de Ola Nagele, au Kenya, la pauvreté est une réalité pour beaucoup, en particulier pour les femmes, qui deviennent mères célibataires après un divorce. Mama Hawo, qui vit dans le village, s’est retrouvée dans cette situation. GHNI lui a tendu la main et lui a permis d’intégrer le groupe de femmes qu’ils sponsorise. Mama Hawo a reçu les ressources nécessaires pour démarrer son activité. Elle bénéficie également du projet de prêt de chèvres, ce qui lui a donné un grand sentiment de fierté et l’a aidée à obtenir du lait pour elle et sa famille.

Liban

Le ministre de l’éducation libanais, Elias Bou Saab, a annoncé au début du mois la création de 60 écoles d’ici deux ans afin d’accueillir les enfants qui ont des besoins spéciaux. Monsieur Bou Saab espère un financement sûr afin de construire 30 écoles la première année. Les écoles accueilleront aussi bien des élèves qui ont des problèmes d’apprentissage que ceux qui n’en ont pas. Le ministre de l’éducation travaillera avec le centre de recherche et de développement afin de créer de nouveaux programmes, livres et améliorer la formation des enseignants pour l’école.

GHNI se consacre au développement de l’éducation et des nouvelles écoles au Liban, en particulier pour les enfants réfugiés syriens qui n’ont souvent pas accès à l’éducation. En février, GHNI a ouvert une école pour les enfants réfugiés à Kafarshima afin de leur donner une chance d’apprendre et leur offrir un repas chaud et un accueil chaleureux.

Népal

Une étude du gouvernement du Népal a montré que les forêts couvrent désormais 44,74% des 141718 kilomètres carrés de l’Himalaya, contre 39% entre 1997 et 1998. Le porte parole du département de recherche des forêts Keshab Raj Gautam attribue cette étendue à l’augmentation des programmes de conservation et a un déplacement de population massif des zones rurales aux zones urbaines. Le gouvernement du Népal a déclaré que 2014-2023 serait la décennie de la forêt. Cependant, même si des progrès ont été fait en ce qui concerne la portion de terre recouverte par la forêt, les feux de forêt sont de plus en plus nombreux. Depuis février 2016, plus de 500 incendies ont brûlé 350000 hectares de forêt.

Une récente visite au village de RT*au Népal, qui a reçu de l’aide et a bénéficié du programme TCD a montré un développement constant et positif. Les fermiers plantent des oignons et projettent d’en faire une culture commerciale. Lors de la visite, une caisse de résonance a été offerte à l’école du village. Il est prévu de mettre en place un programme de prêt de chèvre.

*Pour des raisons de sécurité,  «village RT » est un pseudonyme désignant le village aidé par le projet.

Niger

Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré que l’économie du Niger devrait croître de 5,2% en 2016. La croissance économique du pays est alimentée par la production agricole et une augmentation des productions minières et pétrolières. Selon le FMI, l’inflation va rester contenue en dessous de 2% alors que le PNB pour les 5 prochaines années devrait atteindre les 6%. Cependant, les problèmes de sécurité au niveau régional ainsi que les problèmes économiques et environnementaux sont toujours des menaces pour la croissance économique du pays.

Les inquiétudes concernant l’environnement sont fréquentes dans la communauté de Duck Waro*. Ce village, récoltant l’eau polluée de la rivière, a souffert de la soif. Le village apprend désormais comment cultiver la terre et un puits leur donne accès à de l’eau potable.

*Pour des raisons de sécurité, le «village de Duck Waro » est un pseudonyme désignant le village aidé par le projet.

Nigeria

La compagnie japonaise d’ingénierie automobile Yamaha a ouvert à Lagos, la ville commerciale du Nigéria, une nouvelle usine de montage pouvant produire 70000 motos par an. De plus, les usines produiront des moteurs de bateaux et des générateurs d’électricité. Ce service est très recherché car la ville fait l’objet de nombreuses coupures de courant. Yamaha a choisi d’ouvrir au Nigéria car son vaste marché des motos est gage de croissance économique.

Dans d’autres régions du Nigéria cependant, le développement économique est plus lent. Les améliorations des vies se font petit à petit. Dans le village de Dogon Gada, GHNI a aidé les villageois à découvrir l’importance d’une alimentation équilibrée. Avant, les villageois ne variaient pas les aliments à chacun de leur trois repas par jour. Désormais, ils profitent de menus variés qui leurs apportent une nutrition équilibrée et améliorent leur santé.

Pakistan

Depuis 2006, le Pakistan fait face à une crise énergétique. Au cours des dix dernières années, il y a eu une faible production électrique et une forte demande. Le gouvernement fédéral a aidé a trouver une solution. Un des projets mis en place est ACAS (Asie Centrale et Asie du Sud). Ce projet vise à faire passer 1300 MW d’excédent d’électricité du Tadjikistan et du Kirghizstan à travers l’Afghanistan jusqu’au Pakistan. Ce projet devrait aider à la connectivité, la paix et la stabilité au Pakistan.

L’électricité est devenue une ressource de plus en plus importante dans le développement du Pakistan et pour l’apprentissage de l’informatique pour les génération en cours et à venir. Dans la province du Sindh, GHNI a aidé à construire un centre informatique où les étudiants apprennent à se servir d’ordinateurs. Beaucoup d’entre eux n’ayant pas d’ordinateur à la maison, le temps imparti dans le laboratoire informatique est maximisé. La passion des étudiants pour les ordinateurs est une grande source d’inspiration.

Serbie

Selon Nenad Ivanisevic environ 230 enfants migrants non accompagnés ont été enregistrés en Serbie. La Serbie est le premier pays à mettre en place des directives contraignantes pour les services sociaux, définissant clairement les procédures à suivre avec ces enfants. Le but de ces directives est de protéger et de s’occuper des enfants.

GHNI s’attache à aider les enfants et leurs familles dans le besoin à sortir de la pauvreté. Dans le village de Dorgovska Mahala, GHNI a rencontré une membre de la communauté, Snezana, la femme du pasteur, qui travaille déjà à faire de ce rêve une réalité. Snezana se réjouit d’en apprendre plus sur le programme du TCD et a déjà participé aux cours de formation pour les enseignants afin de pouvoir transmettre ces idées aux communautés qu’elle aime et auxquelles elle a l’impression d’appartenir.

Sri Lanka

Les inondations et les glissements de terrain ont fait au moins 8 victimes et ont déplacé beaucoup d’habitants. Le gouvernement a déployé des troupes pour évacuer les personnes vivant dans des pentes ou dans les zones touchées par les inondations. Environ 5000 familles ont été déplacées dans des centres de secours. La marine nettoie les canaux de la ville de Colombo afin d’empêcher les inondations dans les villes basses ou les locaux du parlement.

Même si les inondations sont un échec pour beaucoup, le progrès continue dans le village de U* avec l’aide de GHNI. Un groupe de femmes a invité GHNI à organiser un séminaire pédagogique sur le TCD dans le village. Les femmes ont été ravies d’en apprendre plus sur le sujet et comment travailler afin d’améliorer leur communauté. L’idée de créer une petite entreprise et travailler à l’étendre afin d’être autosuffisant a suscité leur intérêt.

*Pour des raisons de sécurité, le «Village de U» est le pseudonyme désignant le village aidé par le projet.

Turquie

Lors d’une conférence médicale de quatre jours sur la santé des femmes, le professeur Faruk Köse a déclaré que seulement 10% de la population féminine Turque bénéficie d’un suivi médical chez le gynécologue ou l’obstétricien. Concernant le frottis montrant les premiers signes d’un cancer du col de l’utérus, ce nombre chute brutalement puisque seulement 1 femme sur 20 est testée.

L’accès aux soins est difficile pour beaucoup de femmes turques qui vivent dans des petits villages. GHNI, en partenariat avec des membres de la communauté leur apporte de l’espoir. Un groupe de partenaires et amis a récemment fait le déplacement jusqu’au village de O-Town* dans le sud-est de la Turquie. Un des membres de la communauté, Mehmet, a été diagnostiqué avec le MS et est incapable de recevoir des soins à l’extérieur de son village. Confiné dans une chambre, sa femme doit l’aider si il veut se déplacer. Grâce à des dons, assez d’argent a été récolté pour lui offrir une chaise roulante électrique, ce qui lui permet de profiter de sa mobilité.

*Pour des raisons de sécurité, «O-town» est le pseudonyme désignant le village aidé par le projet.